Journal de bord

Préambule.

Tags :

Pourquoi donc sortir de sa zone de confort ?

 

Bien, bien. Vous êtes parvenus jusqu’ici.

Je suppose donc qu’avec l'ouverture de ce site, il va me falloir commencer par une rapide présentation. Qui suis-je ? Quelles sont mes expériences ? Quel est le but de ce site ? Est-ce un blog de voyage de plus ? Ou une plateforme de vulgarisation historique ?

Pour ces dernières questions, un peu des deux mais aucun à la fois. Si vous cherchez ici des conseils pertinents pour vos prochaines vacances, il y a des chances pour qu’elles soient désastreuses.
Si vous cherchez des sources pour votre prochain exposé d”histoire, il vaut mieux aller sur wikipédia.
Je ne suis hélas ni un grand explorateur, ni un chercheur.

Juste un conteur. Un peu comme ces ménestrels de jadis.

Le problème, c'est que quand on raconte toujours les mêmes histoires, l’audience se lasse, et nous avec.

Et puis, quelle contribution apporter, si tout ce que l’on raconte vient de récits que d’autres ont partagé avec nous ? Il n’y a pas de mal à répéter des versions de grandes histoires, des aventures uniques qui auront marqué leur époque. Mais qui mieux peut retranscrire une expérience et la faire ressentir que celui qui l’a réellement vécue ?

Quant à moi, je ne suis qu’un autre de ces jeunes qui essaient de trouver du sens et des explications au monde qui les entoure. Qui essaient de placer correctement le curseur oscillant entre confort et liberté.
Un individu lambda qui s’est rendu compte qu’il ne connaissais rien à la vie, au monde, à la façon dont fonctionnent les choses.

Qui n’a jamais vraiment réussi à suivre le chemin tout tracé que la société entière semble pointer du doigt, sans même mentionner les alternatives.
Qui se demande pourquoi une société aussi technologiquement avancée n”est pas aussi belle qu’elle pourrait l’être.
Pourquoi ceux qui détiennent le pouvoir semblent systématiquement être ceux qui le méritent le moins.

Mais je m’égare.

Pourquoi donc est-il si difficile de sortir de sa zone de confort pour vivre des expériences ailleurs que dans une salle de cinéma ?
A quoi cela sert de s’extasier devant les biographies de grands explorateurs si cela ne donne pas envie de leur ressembler ?

 

Il y a quelques temps, je me suis rendu compte qu’il y avait un contraste saisissant entre le moi en voyage, et le moi englué dans sa léthargie du quotidien. Moins ouvert, moins vif, moins créatif.
Que même en sachant cela, il était toujours aussi difficile de s’en extirper, de ce quotidien.
Satané nature humaine. Pourquoi donc ma tête me pousse à choisir l’option la plus facile, la plus confortable, puis me fait me détester pour ça ?

Cela fait beaucoup de questions, qui n’ont aujour’hui toujours pas de réponse.

Peut-être parce qu’il n’existe pas de solution simple. C’est certainement quelque chose de progressif, et il va falloir y travailler.
Vous connaissez probablement ça vous aussi, le sentiment d’appréhension à l’idée d’expérimenter quelque chose de nouveau. Puis de réaliser un fois qu’on s’est lancés, à quel point c’est plus facile que ce qu’on imaginait.
Le voyage en est l’exemple parfait.

Vous êtes peut-être sur le point d’objecter (à raison) que cela dépend de la façon de voyager.
Et des moyens de voyager, il y en a plein !

Ce n’est pas ici que vous trouverez la « meilleure » façon de parcourir le monde. Les articles sur le sujet sont déjà nombreux. Et la façon la plus authentique, enrichissante, ou économique, je ne la connais pas.
La méthode d’un voyageur dépend de ce qu’il aime, de ses moyens financiers, de ses connaissances, de son savoir-faire, de ses objectifs.
J’essaierai de vous dévoiler la mienne au fur et à mesure, et j’espère la voir évoluer en même temps que vous.
Quand d’autres aventuriers partagent leurs expériences, cela rend les choses un peu plus facile pour nous. Et il est impossible de commencer par quelque chose de grandiose, il faut y aller petit à petit.
Le corsaire Francis Drake avait comme devise « Sic parvis magna ».
« La grandeur vient des débuts modestes ».
Par ce site, j’essaie donc d”apporter ma pierre à l’édifice.

Quand à mon propre objectif c’est celui-ci :
Expérimenter des choses par moi-même, développer une vision du monde plus juste, et rapporter de nouvelles histoires à raconter.

 

Bonne route !

 

Commentaires :

Envie de partager vos pensées ?

Rejoignez l'équipage pour commenter ! (S'identifier)